samedi 20 mai 2017

[Extrait] Une belle déclaration d'amour


Hello !

Comment allez-vous en cette belle journée ensoleillée ? Aujourd'hui, j'ai envie de vous partager un extrait d'un roman que j'ai beaucoup aimé. Cet extrait est tiré du tome 3 de la saga "L'été où je suis devenue jolie".


Attention si vous n'avez pas lu les 2 premiers tomes, vous allez être spoïlé !

L'extrait est une déclaration d'amour que je trouve très belle. Bonne lecture !


➳➳➳➳➳➳➳➳➳
- Je t'aime encore, m'a-t-il apostrophée.
Je me suis pétrifiée. Puis, lentement, j'ai pivoté sur les talons pour lui faire face.
- Ne dis pas ça.
Il s'est approché d'un pas.
- Je ne suis pas sûr d'être capable de te sortir complètement de ma tête. J'ai le sentiment... que tu resteras toujours là. Ici, a-t-il ajouté en posant sa main, doigts recroquevillés, sur son coeur.
- C'est seulement parce que je me marie avec Jeremiah.
Je détestais ma voix, une voix geignarde et tremblotante. Faible.
- C'est pour ça que tu te mets à me dire des choses pareilles, ai-je ajouté. Subitement.
- Pas subitement. C'est vrai depuis toujours.
- Peu importe. Il est trop tard.

Je me suis écartée et il m'a à nouveau retenue par le bras.

- Attends !
- Lâche-moi, ai-je rétorqué d'un ton si glacial que je ne me suis pas reconnue.
Décontenancé lui aussi, il a laissé retomber sa main.
- Dis-moi juste une chose, Belly. Pourquoi vous marier maintenant ? Pourquoi pas simplement vous installer ensemble ?



Je m'étais posée la même question. Et je n'avais toujours pas trouvé de réponse satisfaisante. J'ai voulu m'éloigner, mais il m'a emboîté le pas et a refermé ses bras autour de mes épaules.

- Lâche-moi !
Je me suis débattue, il a tenu bon.
- Attends. Attends, Belly.
Mon coeur s'emballait. Et si quelqu'un nous voyait ? Et si quelqu'un nous entendait ?
- Si tu ne me laisses pas, je vais hurler.
- Écoute-moi, rien qu'une minute. Je t'en supplie...
Sa voix était étranglée et rauque. J'ai poussé un soupir de capitulation. Dans ma tête, j'ai entamé le compte à rebours. Soixante secondes, il n'obtiendrait pas davantage de moi. Je lui donnais la parole pendant soixante secondes, puis je m'éloignerais sans un regard en arrière. 

Il y a deux ans, je rêvais de l'entendre me dire ça. À présent il était trop tard. Tout bas, il a commencé :
- Il y a deux ans, j'ai merdé. Seulement pas pour les raisons que tu t'imagines. Cette nuit-là... tu t'en souviens ? La nuit où nous sommes rentrés de la fac, la nuit où il tombait des cordes et où nous avons dû nous arrêter dans un motel. Tu t'en souviens ?
Bien sûr que je m'en souvenais.
- Cette nuit-là, je n'ai pas fermé l'oeil. Pendant des heures, j'ai tourné et retourné le problème dans ma tête. Quelle était la bonne décision à prendre ? Parce que je savais que je t'aimais, mais je savais aussi que c'était impossible. Je n'avais pas le droit d'aimer à l'époque. La mort de ma mère m'avait laissé dans un tel état de colère. Je la sentais bouillir en moi constamment, j'avais l'impression que je risquais d'exploser à chaque instant. 

Il a inspiré avant de poursuivre :
- Je n'avais pas la force de t'aimer comme tu le méritais. Et j'en connaissais un qui en était capable. Jer'. Son amour pour toi était sincère. Si je t'avais retenue, je t'aurais blessée, je le savais. Je n'étais pas en état de t'aimer. Alors je t'ai laissée partir.
J'avais arrêté de compter depuis un moment. Je me concentrais entièrement sur ma respiration. Inspirer. Expirer.
- Mais cet été... Bon sang, cet été. Me retrouver près de toi, discuter comme avant, de découvrir que tu me regardes toujours de la même façon.
J'ai fermé les yeux. Ce qu'il disait n'avait aucune importance, seul comptait ce que moi je me disais.
- Il a suffi que je te revoie pour que tous mes plans tombent à l'eau. Je ne peux pas... J'aime Jer' plus que n'importe qui. C'est mon frère, ma famille. Je me déteste pour ce que je suis en train de faire. Pourtant quand je vous vois ensemble, je le déteste aussi.
Sa voix s'est brisée quand il a conclu :
- Ne l'épouse pas. Ne reste pas avec lui. Sois avec moi.

Ses épaules se sont mises à frémir. Il pleurait. L'entendre m'implorer ainsi, le voir si vulnérable me brisait le coeur. Il y avait tant de choses que je voulais lui dire. Et j'en étais incapable. Avec Conrad, une fois que j'ouvrais les vannes, je ne pouvais plus m'arrêter. D'un geste brusque, je me suis libérée de son étreinte.
- Conrad...
Il a voulu me retenir.
- Dis-moi juste. Tu éprouves encore quelque chose pour moi, Belly ?
Le repoussant, j'ai rétorqué : 
- Non ! Tu ne piges pas ? Tu ne seras jamais à la hauteur de Jer'. Il est mon meilleur ami. Son amour est inconditionnel. Il ne le retire pas sur un coup de tête. Personne ne s'est jamais occupé de moi comme il le fait. Personne. Surtout pas toi. Toi et moi...
Je me suis interrompue. Les mots qui allaient suivre étaient primordiaux. Je devais faire en sorte qu'il m'oublie pour toujours.
- Toi et moi, ça n'a jamais voulu rien dire.

Son visage s'est refermé d'un coup. La lueur dans ses yeux s'est éteinte. Je n'étais plus en état de l'affronter. Je me suis éloignée et, cette fois, il n'a pas cherché à me suivre. Je n'ai pas lancé un seul coup d'oeil par-dessus mon épaule. J'en étais incapable. Si je revoyais son visage, je ne serais sans doute pas capable de repartir.

Tout en posant un pied devant l'autre, je me suis répétais : "Tiens bon, encore un petit effort.". Ce n'est qu'une fois que j'ai été certaine qu'il ne pouvait plus me voir, une fois que la maison est apparue devant moi, que je me suis abandonnée aux larmes. Je me suis affalée dans le sable et j'ai pleuré sur Conrad, puis sur moi. J'ai pleuré sur ce qui n'existerait jamais. 


➳➳➳➳➳➳➳➳➳
Et pour vous, dans quel livre se trouve une belle déclaration d'amour ?
Belles lectures,
Léane

6 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu, pour ne pas être spoilée, mais c'est une saga qui me tente bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à la découvrir cet été ! ;)

      Supprimer
  2. J'adore cette trilogie, d'ailleurs je compte me les relire prochainement !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu les deux premiers tomes il y a très long. Cet extrait me titille, je vais peut-être me laisser tenter par ce tome 3

    RépondreSupprimer